Le Rap Féminin avec Gavlyn

Gavlyn

Le rap féminin East Cost avec Gavlyn

Charismatique et ingénieuse, Gavlyn est une artiste accomplie proposant sur chaque album, des morceaux brillants par leur habilité de production et son ton indocile si remarquable.

From the art

Avec son premier album From the art, un véritable sans faute, Gavlyn saisit cette ode si spéciale qui caractérise le hip-hop et nous la retransmet avec subtilité. Elle s’empare de ce hip-hop, y dépose ses rimes et accompagne les instrus de manière à ce qu’elles deviennent indissociables de son flow. Cet album est fourni en instrumentales remarquables au travers desquelles le tempérament de cette culture urbaine peut s’évader.

Aussi, on ressent son tempérament soul qui souligne sa vibe et s’accorde parfaitement avec les scratchs des productions. Un ensemble qui régale et ouvre sur un hip-hop voyageur. Elle réussit la prouesse de faire ressortir l’âme d’un hip-hop qu’on apprécie tant. En effet, je trouve que cet album est un véritable chainon dans le rap féminin. Il est vraiment habité par son artiste et propose un contenu qui n’est comparable à aucun autre. Sa voix si marquée est idéale pour lancer un rap tantôt suave tantôt implacable. Idéal pour découvrir le rap féminin actuel outre-manche.

La sélection : What I do,  Starring problem, Make my move, Let it go, No worries, Survive.

Habit that you blame

Après cet album, Gavlyn enchaine avec Habit that you blame, EP sorti en 2013. Toujours dotée de ses mots, de sa voix si unique et de ses productions envoutantes, Gavlyn compile un album où flow riche et surprise mélodique se côtoient sans cesse. Elle continue de brasser un hip-hop multi influences et réussit à inssufler divers sensations dans cet EP. Aussi, on y découvre l’envoutant Old soul, un morceau intime, où l’artiste se balade dans sa création.

La sélection : Habit that you blame, Walking down the street, Take for granted, Hectic.

Modest Confidence

Inspirée, Gavlyn revient en 2014 avec Modest Confidence. Une ouverture d’album délicate qui nous entraine dans une ambiance sensiblement plus intimiste. Elle jongle un peu plus avec son rap tout en laissant ses paroles nous en dire plus sur son histoire. Cet album renferme de beaux morceaux où toute la puissance d’expression de Gavlyn ressort. En somme, elle reste cet esprit libre faisant une musique dense, qui lui ressemble. Le choix de ses intrus soulignent ses goûts pour une multitude d’influences et notamment ce côté jazzy, parfait pour accompagner son flow. C’est agréable à entendre, une musique où de si bons beats sont mis en avant et embellis par la voix de l’artiste. Ainsi, elle a su habilement mettre en osmose sa voix et ces productions. Cette intelligence souligne son talent d’artiste. De même, plus on avance dans l’écoute de l’album, plus il s’en dégage une force.

La sélection : All too well, Bigger picture, Forward back, Guilty pleasure, New space.

Make up for your break-up

L’année dernière sortait, Make up for your break-up, où le rap de Gavlyn devenait plus agressif sur fonds d’instrus plus sombres. Son rap étant plus avenant, il en était aussi plus rythmé. Gavlyn nous fait explorer une nouvelle facette de sa musique. Cet album ne ressemble pas aux précédents, il s’aventure ailleurs. Cet album est une surprise parce qu’on redécouvre son rap, on l’entend différemment. Son flow est central et les instrus parfois plus en retraits, n’en restent pas moins captivantes. J’apprécie cet album parce que Gavlyn en prend pleinement possession. Malgré tout, on ressent un peu moins cette texture hip-hop qui planait fièrement sur les précédents mais l’artiste est bien là et continue de produire un rap qui lui plait.

La sélection : Tell you how, Black cherry kool aid, Right now.

Why Wait

La discographie de Gavlyn continue de s’agrandir avec le dernier album en date : Why wait. Un album très marqué sur ses positions de ne pas devenir un produit de l’industrie du rap. Elle raconte son histoire avec le hip-hop et sa détermination à le pratiquer en tant qu’artiste underground. Les morceaux s’enchainent et tiennent une forte substance sur son rapport au hip-hop, ses contradictions et son besoin d’en faire. Ce disque  gagne en profondeur en abordant ce sujet de l’industrie du rap, où Gavlyn revendique son identité. Une identité affirmée qui fait du bien au hip-hop.

Cet album devient un exécutoire où elle exprime tout son ressenti envers celui-ci. Il est intelligemment construit et les métaphores gisent de part en part. Le dernier morceau, All I know, en est le meilleur, il vient en conclusion de ce bras de fer avec le hip-hop et laisse présager que Gavlyn restera fidèle à elle-même sur les prochains.

La sélection : No backpacks, Will it be too late, Let me tell you, Where the real ones go.

Bonne écoute !

Le Rap Féminin avec Lauryn Hill

 

https://www.flickr.com/photos/thecomeupshow/14315060320
https://www.flickr.com/photos/thecomeupshow/14315060320

LAURYN HILL : La voie vers un hip-hop transporté !

Quest-ce quon écoute aujourdhui pour découvrir ou redécouvrir Lauryn Hill ?

Blunted interlude sur Blunted on reality des Fugees

Commençons par un morceau idéal pour voyager dans la culture hip-hop et en comprendre toute son essence. Lauryn Hill y dépose un rap ponctué et saisissant. Promesse d’un album chargé en énergie et punchlines.

Boof Baf sur Blunted on reality des Fugees

Démonstration d’un hip-hop engagé et unifié. Un morceau qui porte la diversité des 3 MC et leur intelligente mixité. Ce trio démontre qu’il est une force indéniable dans ce monde hip-hop. Un morceau appréciable par la qualité de ses couplets, et l’enchainement parfait entre les rappeurs qui jonglent chacun avec son couplet jusqu’à passer le relais.

Some Seek Stardom sur Blunted on reality des Fugees

Ce morceau laisse place au hip-hop enjoué et déterminé de Lauryn Hill. Un morceau complet sur lequel elle peut laisser les différentes nuances de son rap s’exprimer et donner naissance à un hip-hop où l’arrangement entre rap et chant se côtoie à merveille. La douceur de sa voix entraîne le morceau dans une part plus mélodieuse et intime.

Fu-gee-la sur The Score des Fugees

Une instru envoûtante qui permet à Lauryn Hill de produire un rap nuancé et en idéale adéquation avec la musique. Ce morceau, sur lequel elle clame le refrain, donne envie de découvrir les différentes couches détenues dans son rap et permet de s’approcher de son univers.

Family Business sur The Score des Fugees

Un morceau qui démontre l’habilité du groupe à choisir les mots justes, porté un rap conscient et à transmettre une vive culture. Leur immense talent traverse ce morceau à chaque ligne défendue. Ils deviennent de véritables chroniqueurs du monde urbain.

Killing me softly sur The Score des Fugees

On retrouve une Lauryn Hill élégante sur ce morceau incontournable du groupe. Comme une parenthèse fragile sur cet album, la voix de Lauryn Hill nous enchante de la première à la dernière note. Elle est traversée par cette grâce musicale qui lui est propre et il n’en ressort que beauté.

Sa carrière solo

Lost ones sur The Miseducation of Lauryn Hill

Sorti sur le devenu classique, The Miseducation of Lauryn Hill, ce morceau se déploie sur un énorme bagage hip-hop. On ressent toute l’expérience que Lauryn Hill a acquise avec les Fugees. Je trouve que ce morceau annonce la densité du rap porté par Lauryn Hill et la parfaite rythmique de l’album.

Ex-Factor sur The Miseducation of Lauryn Hill

J’apprécie tout particulièrement ce morceau où toute la délicatesse de Lauryn Hill renait par ces quelques lignes. Appliquée et esthétique, sa musique devient tendre et on ressent cette ode presque mystique qu’elle entretient  avec sa création musicale.

To Zion sur The Miseducation of Lauryn Hill

Son chef-d’œuvre incontesté. S’il ne fallait en garder qu’un, ce serait celui-ci. Ce morceau est une réussite en tout point. Il vise les étoiles et on l’écouterait rapper pendant des heures. Les arrangements musicaux y font aussi beaucoup. La magie opère et ce spiritualisme dont elle parle tant, ressort sans conteste.

Mr International sur MTV Unplugged No. 2.0

Un morceau porté par des paroles engagées et sensibles. Toujours armée de sa voix rauque, Lauryn Hill prend position. Elle délivre un rap juste et propose un morceau tout en profondeur où elle dépose son empreinte si vibrante et touchante.

Adam lives in theory sur MTV Unplugged No. 2.0

Un joli morceau où les talents de l’artiste pour nous conter une histoire ressortent remarquablement. Elle nous offre une atmosphère musicale où chaque message s’ancre dans une réalité. Elle réussit à extraire de la musique tout cette émotivité et à nous la transmettre.

Le Rap Féminin avec Little Simz

Little Simz by Theirnewreligion (Own work) [CC BY-SA 3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], via Wikimedia Commons
Little Simz by Theirnewreligion (Own work) [CC BY-SA 3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], via Wikimedia Commons

Little Simz, un rap ambitieux et prodigieux !

Propulsée au centre de l’arène hip-hop depuis la sortie de « Blank Canvas » puis de son album « A curious tale of trials + persons », il était temps de consacrer quelques lignes à l’artiste londonienne Little Simz.

Animée par une fougue débordante, Little Simz propage un rap d’une grande vitalité. Tout de suite, ce qui m’a plu dans ses compositions, c’est son énergie, cette détermination à nous faire entendre son rap, sa touche artistique. Sa passion pour le hip-hop traverse les morceaux. Portée par les faveurs de Kendrick Lamar et Jay-z, elle a avant tout réussi cette fulgurante percée grâce à un charisme solide et des propos intelligents.

Elle fait entendre une voix, celle d’une artiste ambitieuse prête à chambouler les codes du hip-hop, notamment côté instrumentales. Elle dégaine un rap armé, confirmé par un phrasé agile. Les morceaux sont amples et elle réussit à faire passer ses messages subtilement. Elle est douée et agréablement surprenante. Bien que sûre d’elle, de sa musique ressort une émotivité qu’elle laisse transparaître. Les mots sont délivrés et le rap n’en devient que plus puissant.

Son album « A curious tale of trials + persons » est une prouesse tant chaque morceau est épatant. Pour sûr, je ne peux que vous conseiller de l’acheter. Vous  n’en seriez pas déçu ! Qu’importe les instrus, aussi inattendues qu’elles peuvent résonner, son rap n’en est que plus prodigieux. En effet, elle contracte à la fois force et émotion au fil des morceaux.

Enfin, ce qu’il y a de plus fou, c’est que « Blank Canvas » était déjà une leçon. Loin de démontrer en permanence la maîtrise de son flow, au risque de rentrer dans de l’egotrip, Little Simz propose toujours une manière singulière d’entrer sur le beat. Les morceaux prolifèrent par cette différence.

L’AVIS

De chaque morceau s’échappe une surprise, au détour d’un dénouement sonore, d’une punchline cassante ou d’un couplet critique. Ainsi, ces choix de production décuplent son talent. Mûrs, construits et consistants, comment décrire autrement, les projets de cette remarquable artiste ? Puisse une collab’ avec Kendrick Lamar, voir le jour rapidement !

La sélection :

L’avertissement : BAD (LORD FORGIVE ME)

La confidence : FULL OR EMPTY

Le sublime : WINGS

Le Rap Féminin avec Pand’or

Artiste à la plume consistante et au franc-parler certain, Camélia Pand’or livre un rap libre et

critique de la société.

Tout d’abord, Pand’or, c’est Le cul entre deux 16, Dans ma boîte Vol. 1 et 2, et la B.O du film Max et Lenny. De beaux projets, qui vont ravir les plus friands d’entre vous de vers vifs et habilement composés.

Quelques mots sur le film Max et LennyCamélia Pand’or y interprète le rôle de Lenny. Film rare sur l’amitié et la volonté de poursuivre la voie qu’on choisit, il prend place à Marseille. Il s’appuie sur le rap pour s’ouvrir sur une histoire touchante entre deux amies. Ce film est aussi une plongée dans l’écriture des textes, l’inspiration, et met en avant le rap comme moyen d’expression de Lenny. Quand vient sa première scène, le rap prend corps et se libère. Pand’or a écrit ses sons pour le film.

C’est donc une opportunité de la découvrir elle et ses textes. De plus, le film nous fait profiter des scènes resserrées sur ses temps de rap. Malgré que ce ne soit pas la volonté première du film, il réussit à mettre en lumière ce rap à texte si dense et inspiré, et ça fait du bien ! Pour conclure cette parenthèse : le week-end approche alors profitez-en pour vous le mater !

Au fil de ces projets, Pand’or est devenue porteuse d’un rap qui s’est lancé, qui a osé et qui prend position. Elle a cette personnalité riche en convictions qui fait d’elle une rappeuse impliquée et remontée. Son indépendance dans le rap, la caractérise et donne une dimension de force et de progression à son rap. Pand’or tourne toujours à plein régime, écumant les projets et propageant une seule parole, la sienne. On ressent cette évolution qui nous mène vers un rap de plus en plus maîtrisé. En plus, elle nous gâte toujours en featuring et continue de nous faire profiter de ses productions. Pand’or, c’est le partage d’un rap expressif et conscient. En définitive, elle a une gueule et des opinions. Et rien de mieux que le hip-hop pour leur donner vie et élan !

La présentationME, MYSELF & I

Le message : PEACE & LOVE

La place dans le milieu : INDEPAND’OR

Album Rap Féminin avec ALL HAIL THE QUEEN

 All hail the queen : Album marquant du rap féminin

Nouvelle rubrique sur ces albums qui font du bien au hip-hop féminin ! On débute avec l’album All Hail the queen de Queen Latifah, sorti en 1989. Cet album verbalement puissant, instaure la présence de la rappeuse dans un rap game majoritairement masculin, loin du succès de Black Reign, il reste une réjouissance dans le monde du hip-hop.

Ainsi, cet album qui ravira les amateurs, dévoile un univers jazzy, allié d’un rap élégant. Cette alliance judicieuse crée un inévitable mélange d’ambition et de classe. L’emballant Come into my house, révèle une touche d’éléctro et marque le hip-hop de Queen Latifah, capable de s’imposer sur toutes sortes de productions musicales.

De plus, son rap assaillant parvient à confirmer son véritable statut de MC, Latifah’s law, en est la démonstration. Elle donne corps au hip-hop comme n’importe quel MC masculin. Soucieuse d’un rap justement clamé, elle peaufine sa démonstration technique au fil des morceaux.

Par exemple, un morceau comme The Pros, creuse la profondeur de son flow sur des rythmes reggae et parsemés de sonorités atypiques. Elle produit des featurings intelligents qui mettent en valeur son phrasé. L’élégant Ladies First, est portée par une musicalité addictive et entrainante. Ces morceaux prouvent que l’album est une réussite.

D’autre part, les cuivres ont une place importante sur cet album. Ils donnent le pouls de son rap épicé. La clarté de son rap gonfle le respect porté à Queen Latifah. Elle donne cette impression d’avoir un éclair dans la voix, comme si elle devait rapper tout ce qu’elle peut avant la note finale.

EN QUELQUES MOTS

All Hail the Queen reste légèrement monochrome et ne s’aventure pas en terre étrangère. Il s’agit toutefois d’un premier album réfléchi et ses instrus ravissent par leur empreinte hip-hop classique et épuré. Avec cet album, Queen Latifah s’est engagée dans un marathon et assure un rap endurant sur chaque morceau, en prouvant que ses ressources en terme de flow sont inépuisables !

De bonnes vibes pour ce milieu de semaine !